Procès en appel du Gang des Barbares, Chacun pouvait dire non, sans aucune crainte de représailles

 

 

balance1.jpegLa Cour aborde le départ de Jérome Ribeiro après avoir servi pendant six jours de geôlier à Ilan Halimi.

A ce moment là, rien ne se déroule comme prévu : Aucune promesse de Youssouf Fofana n’a été  tenue notamment d’obtenir une rançon au bout de trois jours et de libérer leur otage. Alors, les esprits s’échauffent. En plus, Youssouf Fofana avait promis une rémunération à des gros bras de Bobigny pour l’enlèvement d’Ilan Halimi et eux aussi veulent leur argent. Samir Ait Abdelmalek informe Youssouf Fofana de tous ces évènements pendant que lui est dans un hôtel à Abidjan en Côte-d’Ivoire. De là-bas, il passe des appels où il terrorise, menace et insulte.

Le 26 janvier 2006, à Bagneux, Jérome Ribeiro est de garde. Pour lui c’en est trop. Il le dit à Jean-Christophe Soumbou qui essaie de l’impressionner, le menacer pour qu’il change d’avis. Mais Jérome Ribeiro lui tient tête et part. Après ce jour la, Ribeiro ne revoit plus jamais Ilan Halimi 

Eric Haddad pour Radio J

Partager sur Facebook

Procès en appel du Gang des Barbares, Chacun pouvait dire non, sans aucune crainte de représailles dans antisemistisme feed-icon Google Reader or HomepageSubscribe with Bloglines Add to Technorati Favorites!Add to netvibes


logoradioj1.jpg



Laisser un commentaire

Téâ Formation |
fini les 3 singes |
Mettis & Stanislas |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SOS EMPLOI!
| lacaravelle
| Le rat noir